Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Etat Providence Participatif=société des participants

  • Du mouvement des planètes politiques en France - suite

    L'épisode de recomposition Macron se positionne assez logiquement dans le mouvement des planètes politiques que j'avais essayé de décrire en Janvier 2016 et que je rappelle ci-dessous, toujours à très grands traits et sans la moindre assurance de fiabilité!!!

    Le mouvement que je décrivais montrait une mutation de la gauche et de la droite, avec un mouvement "libertaire" pour la gauche qui voyait la puissance de l'étoile autoritaire communiste s'évaporer. La droite quant à elle se recomposait en venant renforcer le pôle autoritaire (FN influence) et aussi nourrir le centre droit. Macron a saisi ce mouvement et aidé à condenser cette tendance (ce n'était pas la seule façon, il aurait pu être un peu plus à gauche, mais aussi un peu plus à droite). Le pôle autoritaire est parti de trop loin, encore embarrassé de Le Pen père et de son caractère autodestructeur, mais c'était aussi une des possibilités d'accès au pouvoir qui se dégageait de ce mouvement général.

    Voilà la nouvelle représentation proposée, les deux gandes flèches bidirectionnelles représentent l'axe de tension idéologique qui est passé de PC-Libéralisme à FN-solidarisme libertaire (pas encore de parti pour vraiment incarner cette nouvelle tension, l'intelligence collective, je veux dire le savoir faire pratique en intelligence collective, me semble être la condition préalable à l'émergence d'un tel parti):

    2D170626DominationPolitiqueRondA.jpg

     

    Lire la suite

  • Macron, fils spirituel de Clémenceau?

    Le centre gauche a déjà existé, c'était à l'époque de l'apogée du parti radical socialiste marqué par le Tigre, Georges Clémenceau. Emmanuel Macron a, à très peu de choses près le même centre de gravité politique que Clémenceau. Il en a la même indépendance d'esprit et le courage. Il n'a sans doute pas la verve assassine de Clémenceau, mais il n'a toutefois pas la langue dans sa poche.  

    Lire la suite

  • Freud, Krishnamurti, Erickson, Endenburg, pour la liberté

    Rapprochement inattendu dans mon cheminement de réflexion philosophique/politique. Je prends conscience de la convergence de recherche de liberté de quelques éminents personnages, bien qu'ayant des approches et des envergures différentes:

    Lire la suite

  • Le revenu de base pour pallier les déficiences du marché et de la politique du haut.

    Les revenus proviennent du travail, c'est un fait. Le travail est vu ici dans son acceptation restrictive de l'économie, pas de la physique. Le travail est validé socialement, soit par le marché, soit par la décision politique. Le revenu de base (RdB) échappe à ces deux modes de validation, ce qui fait dire à J-M Harribey, de façon logique, que le RdB relève du créationnisme, cad que le RdB présuppose que l'argent tomberait du ciel comme par enchantement. Toutefois, il n'a échappé à personne que ni le marché ni la politique ni les deux réunis ne réussissent à procurer assez de places pour tout le monde. Ils sont déficients.

    Lire la suite

  • Centralité de la Biodiversité et OGMistes

    Si Jacques Weber doit rester dans nos mémoires, c'est, entre autres, pour sa compréhension du rôle de la biodiversité et sa centralité, son caractère incontournable. Pas de régulation d'un écosystème, quel qu'il soit, sans un minimum de biodiversité. En corolaire, plus la biodiversité d'un écosystème est grande et plus ses capacités de régulation seront grandes.

    Lire la suite

  • Le collectif et l'individu, éternelle question!

    Le plus grand problème des libéraux, c’est d’oublier le collectif, le besoin collectif qui ne me semble pas une option philosophique ou politique, mais une part constitutive de notre humanité. Je dirais que chacun de nous a besoin d’avoir une place dans un cadre fraternel et transcendant (qui transcende notre individualisme étriqué). L’ensemble du monde souffre de l’hégémonie individualiste, de l’ordre individualiste qui sévit, avec le sentiment que c’est pour rien ou plutôt le pire.

    Lire la suite

  • Le Compte Engagement Citoyen, l'Etat Providence Participatif par petits bouts

    Petit à petit, quelques uns des principes de l'Etat Providence Participatif, ou de la mutualisation du travail social, se retrouvent dans des lois sociales partielles. Cette fois, c'est au moyen de la reconnaissance du bénévolat par un Compte Engagement Citoyen (CEC) ouvrant des droits à de la formation payée par l'état. C'est tout à fait ce que je défendais dans le projet de contrat mixte ou de mutualisation du travail social:

    ....Je souhaite enfin pouvoir bénéficier de temps de formation pris en charge par la collectivité (l'état providence investisseur dans le domaine social... 

    Lire la suite

  • Quelques noms pour saisir la renaissance en cours

    La brume épaisse du moment nous voile peut-être une nouvelle renaissance, celle de l'intelligence collective dans les groupes humains. Il y a quelques personnalités qui me semblent pouvoir nous aider à en saisir les contours. Ils m'aident à ne pas complètement déprimer en cette période si révoltante et pourtant si grosse de transformations passionnantes. en voici une liste sans ordre et non exhaustive:

    Lire la suite

  • Nuit Debout ou le Prion du Capitalisme

    Frédéric Lordon constate qu'avec Nuit Debout, le feu n'a pas pris, malgré tous ses efforts pour essayer d'enflammer cette petite braise.  Il me semble heureux que le feu n'ait pas pris, parce qu’ensuite, les hommes providentiels, les sauveurs, ne manquent pas de tirer la couverture à eux ou nous entraînent dans des voies infernales, pavées de nos (leurs) bonnes intentions.
     

    Lire la suite

  • Le projet de congé engagement, parmi les avancées de la mutualisation du travail socio-culturel

    Un projet de loi s'inscrit dans un cadre plus général de mutualisation du travail socio-culturel ou non productif, il s'agit du congé engagement. Ce congé serait de 6 jours de congés par an sans solde, fractionnable,  pour exercer des activités associatives. Environ 3 millions de personnes sont concernées dans 860 000 associations. Ce nouveau droit s'inscrirait dans un projet plus vaste de la loi "Egalité et Citoyenneté". Cette fois, ce dispositif se rapproche vraiment du projet de contrat mixte que je défends depuis le début des années 90, mais en moins général. La reconnaissance de ce travail n'est pas prévue dans ce projet, mais les associations peuvent de leur côté y contribuer. à suivre...

    Lire la suite

  • Nous avons besoin d'une gauche en phase avec notre temps.

    Jean Zin, dans un article très lucide, annonce une déroute de la gauche, mais il ne se contente pas de cette observation, il donne des orientations pour une gauche en phase avec notre temps et dont nous aurions tant besoin.

    Son article est très condensé, tellement ramassé sur l'essentiel, que je crois utile de le relayer et que j'invite tous les sympathisants de gauche à relayer cette voix expérimentée et lucide.

    Lire la suite

  • Comment créer une communauté coopérative dynamique?

    L'économie coopérative, c'est une personne une voix, alors que l'économie capitaliste c'est la décision à l'actionnaire majoritaire. Depuis la révolution, l'économie coopérative cherche un modèle lui permettant de se développer. Elle demeure marginale (moins de 4%, soit environ 1Million de personnes pour 23000 entités) comparée à l'économie capitaliste. Et si l'économie coopérative s'organisait de façon à améliorer ses avantages comparatifs vis à vis de l'organisation capitaliste? Elle a quelques atouts, en particulier d'être en accord avec notre devise de liberté, d'égalité et fraternité, ce que ne peut raisonnablement prétendre l'économie capitaliste. Alors, comment faire pour lui donner plus de poids, pour qu'elle devienne plus dynamique, pour créer un écosystème entrepreneurial coopératif?

    Lire la suite

  • Du mouvement des planètes politiques

    Il n'a échappé à personne que l'attraction du communisme ou plus exactement de la gauche autoritaire a fondu depuis les années 80. C'était un gros morceau, une grosse planète, dont la disparition ne peut manquer de modifier tous les équilibres du cosmos politique. Je vais m'aventurer à une hypothèse sur cette évolution, ou plutôt cette révolution en cours. Attention, article très prospectif, très schématique et très succinct, donc peu fiable!

    Lire la suite

  • Soit le chef, soit l'intelligence collective, il faut choisir.

    La droite, c'est le chef, et la gauche, c'est l'intelligence collective ou ... l'utopie. Du moins, une gauche qui serait libertaire, plaçant l'émancipation en son cœur. Cette gauche libertaire se cherche depuis au moins la révolution. Serait-il possible qu'elle se trouve enfin en devenant experte en intelligence collective?

    L'essentiel de ce billet est paru en premier le 16/12/2015 sur le site des convivialistes sous le titre "L'intelligence collective pour féconder la gauche libertaire et donner corps à un convivialisme". ou là (commentaires différents).

    Relayé aussi sur le blog de Paul Jorion.

    Et sur celui de Jean Gadrey.

    Lire la suite

  • Chacun de nous a besoin d'une place dans un cadre fraternel et transcendant (bis)

    Réduire l'errance* inhérente à notre société de l'émancipation et faire des progrès en éducation.

    Dans ce climat de violence et de haine, attisée par bon nombre de leaders (ir)responsables, j'ai éprouvé le besoin de rappeler que les barbares d'hier ne sont pas des extraterrestres, mais des êtres humains qui, comme chacun de nous, ont besoin d'une place dans un cadre fraternel, et même transcendant, ainsi qu'en témoigne David Thomson (le reste n'est rien comparé à la puissance romanesque d'un groupe transcendant qui nous ferait une place, qui nous ouvrirait les portes de l'éternité tellement au-dessus de nos petites contingences matérielles, cf Rimbaud ci-dessous). Si nous voulons combattre ce qui nous arrive, il nous faut concevoir qu'entre l'ombre d'une vie de galère et d'exclusion ou de perte de sens et l'exaltation d'une vie d'action au service d'une mission divine (je crois que c'est bien comme ça que c'est vécu, sinon comment expliquer le sacrifice de sa propre vie?),  certains choisissent de se sacrifier. Bien entendu, les stratèges qui captent et manipulent ces esprits errants doivent être combattus, d'abord en comprenant leur stratégie pour la contrer, (lire aussi Gilles Kepel qui nous exhorte à raison à mieux connaître le monde musulman, le monde Arabe et les luttes très puissantes dont ils sont le siège actuellement) mais il serait vain et dangereux de se contenter de ce seul combat. Il me semble aussi indispensable de réduire l'errance en offrant plus de places, plus de sens, sans pour autant renoncer à cultiver l'émancipation comme une de nos valeurs cardinales, à la base de notre écosystème social et de notre contrat social effectif.

    Lire la suite

  • L'écologie sociale pour renouer avec un humanisme émancipateur

    Reconstruire la gauche dans le désert idéologique, le fertiliser en développant l'émancipation DANS les organisations. Penser la gauche avec Murray Bookchin et Gerard Endenburg et la sociocracy (ou Jo Freeman).

    Dominique Reynié clame que la gauche, dans son ensemble, est morte. C'est sans compter que la gauche, comme la droite, sont éternelles. De même que le populisme est aussi éternel, puisqu'il se nourrit des impuissances, aussi bien de la gauche que de la droite, et alimente le processus immémorial du bouc-émissaire.

    Lire la suite

  • Le service civique des jeunes et des vieux, une amorce de réponse au besoin de mutualiser le travail social...qui risque de tuer l'idée?

    Le service civique fait l'objet de diverses propositions qui tournent autour du pot de la mutualisation du travail social. La dernière en date est celle de Rama Yade . Cette thèse du service civique des seniors est aussi soutenue par Serge Guérin et Michèle Delaunay dans une tribune dans le quotidien l'Opinion "Mobiliser les seniors".

    Lire la suite

  • Chacun de nous a besoin d'une place dans un cadre fraternel.

    Je voudrais développer l'hypothèse partant du point de départ que l'homme serait un être social, profondément social. A cette nature répondrait un besoin communautaire, le besoin d'avoir une place dans un cadre fraternel. A ce besoin communautaire universel répondent des cultures construisant des fraternités.

    Lire la suite

  • Comment l'exclusion génère des born-again, tentative de décodage.

    Ce n'est pas d'aujourd'hui qu'il y en a, des born-again (nés à nouveau), des illuminés, et qu'ils se sentent alors investis d'une mission. La forme et sans doute le nombre varie avec les époques, avec les illusions disponibles.

    Lire la suite

  • Attendre un sauveur ou devenir collectivement moins cons? Comment être Charlie?

    Les commentateurs avertis de notre époque prédisent que ça va péter, qu'il va, d'une façon ou d'une autre, nous falloir effacer les tablettes pour repartir pour un tour. C'est le cas de David Graeber à qui j'ai emprunté la formule des tablettes, celui de Paul Jorion, celui de Jean Zin, et aussi de l'illustre inconnu BA (Bruno Arf?), pour ne citer que ces quatre là.

    Lire la suite