Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Les cycles économiques

Commençons par des évènements qui datent de 3200 avant JC avec l'anthropologue David Graber. Il rapporte que les mécanismes de concentration des richesses et du pouvoir y attenant, suivis de remise des compteurs à zéro (on effaçait les tablettes) ou tout au moins à un niveau tolérable étaient déja très courants vers 3200 avant JC en Mésopotamie, peut-être même sont-ils antérieurs à la monnaie. La seule motivation des riches pour effacer les tablettes tient au climat d'insécurité engendré par tous les vagabonds qui se constituaient en bandes qu'ils avaient fortement contribué à générer. L'anarchie a des limites et il devient alors indispensable deffacer les ardoises.

Kondratieff est connu pour sa théorie des cycles qui combinent plusieurs facteurs. Jean Zin en a fait une synthèse remarquable, et aussi dans les cycles du capital.

Le livre monumental de Piketty sur le capital au 21ème siècle démontre le phénomène de concentration de patrimoine à la source des cycles. Il propose une régulation à l'aide d'un impôt progressif sur le patrimoine.

Toutefois, notre situation est nouvelle, la croissance de notre activité et de la population est en train de nous révéler les limites de la planète et de ses ressources. Un point global, qui ne laisse aucun élément dans l'ombre, est fait en 30mn dans cette vidéo intitulée "sans landemain". Nul doute que les cycles précédents qui étaient exempts de cette nouvelle donne ne peuvent nous être que d'une portée limitée pour anticiper les nouvelles phases du cycle actuel.

Eloi Laurent, dans son livre "Le bel avenir de l'état providence", démontre, à rebours des clichés, que l'état providence, loin de s'opposer au marché, pallie en grande partie à ses défauts de régulation. La mutualisation des risques et la redistribution que l'état providence apporte est un élément majeur du développement. Il extrapole ensuite le rôle de l'état providence au domaine écologique.

Écrire un commentaire

Optionnel