Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Macron, fils spirituel de Clémenceau?

Le centre gauche a déjà existé, c'était à l'époque de l'apogée du parti radical socialiste marqué par le Tigre, Georges Clémenceau. Emmanuel Macron a, à très peu de choses près le même centre de gravité politique que Clémenceau. Il en a la même indépendance d'esprit et le courage. Il n'a sans doute pas la verve assassine de Clémenceau, mais il n'a toutefois pas la langue dans sa poche.  

Lors de mon éveil politique, je me suis posé la question du parti qui me semblait le plus proche de mon positionnement politique. Et c'est le parti radical socialiste qui, à l'époque, m'avait semblé le plus proche (aujourd'hui, je me suis un peu éloigné de cette position pour une autre moins élitiste et moins centraliste, plus exigeante avec la solidarité, mais je suis orphelin question parti, je suis dans ce qu'on nomme le désert idéologique!). Toutefois, j'ai vite découvert que ce parti, aux valeurs très proches de celles qui avaient inspirées notre révolution, s'était étiolé et divisé avec le temps. Le parti s'est divisé en deux, le PRG (Parti des Radicaux de Gauche) positionné en centre gauche et le Parti Radical valoisien positionné en centre droit. Le centre est probablement le lieux de passage de clivages qui conduisent inéluctablement à sa scission. Emmanuel Macron semble être en passe de recomposer cette union du centre qui a donc déjà existé il y a un peu plus de cent ans. Sera-t-il le nouveau tigre de notre champ politique capable de refonder notre pacte social, celui du CNR qui, après avoir été opérationnel pendant environ 30 ans (1944-1975/80), n'a pas réussi à suivre le monde tel qu'il évolue? Je redoute quelque peu le côté élitiste de Macron, espérons que ce que je perçois comme un travers, n'aura pas un poids trop important dans ses décisions. Affaire à suivre.

Suite 18/04/2018 Notre Dame des Landes

La répression des zadistes de ND des Landes semble beaucoup plus puissante que nécessaire. C'est que pour l'état et Macron, il est hors de question que le Larzac fasse tache d'huile. Le Larzac suit une politique collective, coopérative, non violente, alors que l'état français suit une politique individualiste étayée par la propriété individuelle (ce sont des valeurs héritées de notre révolution). Si on se place sur un axe (gauche=collectif - droite=individuel), on pourrait dire que ND des Landes nous révèle que Macron est bien de droite dans sa décision de lutte sans concession contre ceux qui essaient d'inventer un avenir plus inclusif, plus solidaire, plus coopératif.

Écrire un commentaire

Optionnel