Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

La gratuité ou le paradoxe de la sainteté.

"Désintéressé et fier de l'être", cette expression contient et exprime tout le paradoxe de la gratuité.

Lors de l'élaboration de l'Etat Providence Participatif, il m'avait semblé qu'une source d'énergie qui faisait fonctionner les humains et sur laquelle on pouvait compter était la reconnaissance. Je ne parle pas ici de la reconnaissance de ce que l'on est, de la reconnaissance identitaire, mais de la reconnaissance de ce que l'on fait, la gratification qu'on peut recevoir en échange de l'énergie qu'on dépense pour la collectivité. Sans le savoir, j'avais pris une option qui s'inscrivait dans le courant solidariste laïc de Léon Bourgeois et de ce fait, je me suis trouvé en opposition avec les tenants de la gratuité. Pendant le débat qui a précédé celui où je participais et qui s'intitulait "Le care et la critique des inégalités" avec Alice Le Goff et Marie Garrau, un des auditeurs a clairement relevé cette opposition entre gratuité et reconnaissance qui parcourait les deux approches du travail social.

Un paradoxe est au coeur de la préférence pour la gratuité. On pourrait le nommer le paradoxe de la sainteté. Voilà comment je propose de l'énoncer "Plus j'agis de façon désintéressée et plus mon action a de la valeur". Pierre Bourdieu m'a convaincu que la gratuité apparente était transmutée en bien symbolique, en capital symbolique qui peut à son tour être transmuté en place, en pouvoir, et enfin en espèces. Plus la chaîne qui relie l'acte en apparence gratuit et les places ou espèces est cachée et plus l'acte gratuit est crédible en tant qu'acte gratuit qui lui garantit sa plus haute valeur. Dès lors que cette chaîne est mise à jour, l'acte gratuit apparaît pour ce qu'il est et perd immédiatement de sa valeur, voire il se retourne contre son auteur en valeur négative portée à son capital. En bref, il est grillé! Les familiers de Bourdieu sauront à quoi je me réfère, pour les autres, je leur conseille la lecture d'un petit livre d'interview de Pierre Bourdieu très abordable "Questions de sociologie".

Mais la magie de la gratuité continue d'opérer, sans le moindre cynisme de la part de la plupart de ceux qui la défendent. Comment celà est-il possible? L'hypothèse que j'expose ici est formulée pour être confrontée, pour être questionnée. C'est un peu comme une tautologie incertaine ou incomplète, il s'agit d'une méthode. Au lieu de partir d'un point de départ qui se voudrait neutre, ce qui est illusoire et peu stimulant, je pars d'une idée reçue avec l'idée de la faire vivre et de voir ce qui en sort. Voilà l'idée, la gratuité se réfère à un idéal commun, un paradigme, une idée du bien collectif partagée par tous et qui va de soi, une adhésion à un contrat social indiscutable et accepté par tous. Le modèle d'idéal commun le plus fort étant l'ordre religieux qui nous relierait tous. Selon cette idée, pour une société homogène, la gratuité peut se concevoir. Mais quand il s'agit d'une société comme la nôtre qui est très largement atomisée, une société d'individus, une société laïque dont la devise ne fait plus tout à fait unanimité (pour preuve, chacun s'emploie à détourner, au moyen de l'euphémisme "optimisation fiscale", notre article 13 qui dit que chacun doit contribuer à hauteur de ses moyens), alors il devient légitime de questionner la gratuité, soit pour parler "des gratuités", soit pour penser la reconnaissance selon un code commun assez clair pour tous. Du point de vue de l'ajustement de notre contribution sociale "bienveillante et désintéressée", notre souci de retour d'information (est-ce que ce que je propose si généreusement convient bien à ceux à qui je les offre) me semble très important. C'est une des facettes de nos échanges qui peut expliquer notre sensibilité à la reconnaissance

En résumé, la gratuité et la reconnaissance ne sont pas opposées dans le sens où ce sont deux façons de concevoir sa participation au collectif. La tolérance voudrait que les deux formes puissent coexister et se comprendre. Prenant acte de la formation de la société des individus ou de la multitude des gratuités possibles, j'ai fait le choix de placer la reconnaissance, la gratification, au coeur de la construction de l'Etat Providence Participatif, suivant ainsi l'adage qui dit que tout travail mérite salaire, ou une traduction possible, que toute action au profit du collectif mérite reconnaissance.

Napoléon avait bien compris le rôle de la reconnaissance, avec son style cynique, en créant la légion d'honneur votée le 19 Mai 1802 et toujours en activité.

Ajout du 18/12/2012: Oscar Niemeyer m'a suggéré une base philosophique concernant la solidarité, assez universelle pour servir de socle à une gratuité.

Retour à Mon Citéphilo

Commentaires

  • Houlà, c'est un sujet très difficile que la gratuité. Par exemple, si un village n'a pas de service de nettoyage, et que les habitants décident de le nettoyer eux mêmes. Certains vont nettoyer le trottoirs d'autres habitants, qui ne peuvent pas le faire en raison de l'âge ou de handicap. Est-ce de la gratuité, ou un acte intéressé, car chacun est intéressé par la propreté du village?
    Je lis en ce moments des articles sur des sites libéraux. C'est mon courant de pensée, et je recherche des textes sérieux, qui ne soient pas l'appropriation du thème libéral pour défendre des intérêts particulier.
    En revenant vers ton blog, je m'aperçois de similitudes entre ta démarche et la pensée libérale. Dans le sens où les libéraux sont favorables à l'initiative privée en matière de sociale, et donc à l'action de chacun.
    Bien sûr, toi tu vois l'Etat comme un organisateur. Mais cela peut être rapproché de certains courants libéraux.
    Par exemple, tu évoque l'atomisation de la société. F.A. Hayek parle de la société ouverte, ou de la grande société. Il écrit que dans cette société, la nôtre donc, les solidarité de voisinage n'existe plus. Ce qui justifie l'action de l'Etat en la matière.
    Dès que l'on mêle réflexions économiques et philosophiques, ou humaniste, le libéralisme est incontournable. Car c'est ce qu'il est: une réflexion sociale, ou sociétale, philosophique, et pas seulement économique.
    Cependant, il est difficile de trouver des textes intéressants, car la vision marginaliste est ultra-dominante en France. C'est bien dommage, au pays de Jean-Baptiste Say.
    Et ceux qui prétendent à une vision humaniste considèrent pour cela qu'il faut s'opposer au libéralisme.
    Comme Jean Gadrey, que tu as eu le plaisir de rencontrer. C'est quelqu'un de très érudit, et de très intéressant. Mais je lui reproche, intellectuellement, de ne pas avoir exploré suffisamment les auteurs libéraux. Les auteurs qu'il nous présentait à l'université partait d'un bon principe, qui était d'observer la réalité, mais toujours avec comme autre principe l'antilibéralisme.
    Ta recherche d'un état participatif participe d'une réflexion, rare, sur ce qu'est la solidarité, le social. C'est un thème sur lequel les libéraux ont beaucoup écrit.
    Je finis ce long commentaire, où je me suis permis de parler de mon thème de prédilection! Pardonne moi.

  • Vladimir, bien peu de personnes prennent le temps d'écrire des commentaires, si ce n'est, bien souvent, pour déverser leur bile, sans la moindre attention au sujet traité. Tes commentaires sont très apaisants et toujours très bienvenus, ils sont frappés au coin de la sincérité et de l'équilibre.

    Au début, j'avais appelé ce site "Solidarité libérale", c'est d'ailleurs indélébile dans l'adresse http. C'est en effet avec le soucis de préserver le plus possible la liberté que j'ai construit cette réflexion sur la solidarité. Pour l'organisation d'une bonne part des activités sociales, si rien ne s'y oppose contrairement au cas des pompiers, j'ai un faible pour des principes de marché. Mais il est vrai que le libéralisme est largement galvaudé aujourd'hui du fait de l'accaparement des ressources par quelques uns au nom d'idées libérales. C'est d'ailleurs un grand classique.

    Pour la gratuité, je suis bien d'accord que c'est un sujet difficile et c'est à Citéphilo que j'ai eu un petit déclic sur ce sujet. Certaines réponses à tes objections sont déjà dans le texte de ce billet, en particulier avec l'idée DES GRATUITES. Mes billets ne sont pas des textes de réflexions achevées, mais plutôt des ébauches, et tes remarques me sont utiles, même si je ne partage pas nécessairement ton point de vue.

  • Ouaip, c'est sûr que tes torchons ne sont pas des textes achevés, sinon tu ne serais pas là où t'en es, avec ton audience minable. Y'a longtemps que t'aurais réussi à convaincre un éditeur de publier tes pensées et réflexions inimittables. Tu vas pas me dire que tu fais tout ça gratuitement. Je suis bien certain qu'au fond de toi, t'as l'idée qu'un de ces jours, ça va payer, non?

  • La gratuité c'est tu ne me dois rien.
    La reconnaissance c'est j'attends de toi un retour, un jour. La monnaie permet de libérer de cette incertitude et passer les épreuves du temps. C'est aussi une valeur et sur cet aspect la quantification de l'échange à outrance contraint à des calculs incessants et froids.
    Pourquoi exclus tu dès le début la reconnaissance identitaire? Parce qu'elle n'est pas quantifiable ? Pourtant elle a une valeur.
    Merci Michel pour tes réflexions!

    -De rien, c'est gratuit (MM)-
    A+

  • Laurent,
    La question de la reconnaissance identitaire est une autre question, je précise qu'il ne s'agit pas de cette reconnaissance là pour éviter toute confusion.

    La reconnaissance identitaire me pose des problèmes dans notre culture laïque égalitaire. C'est similaire à la démarche de "l'affirmative action" mal traduite chez nous par discrimination positive. Je préfère de très loin qu'on s'attache à pourchasser toute discrimination, et une reconnaissance identitaire c'est une discrimination, positive ou non. Il y a des tendances multiculturalistes qui nous travaillent, mais je ne suis pas fan de cette approche qui est pour moi du côté de l'abandon de notre histoire et de notre culture. C'est pas si grand, la France, on n'est pas obligés de laisser tomber nos institutions et nos principes fondateurs parce qu'on a du mal à les adapter et que le multiculturalisme est à la mode.

  • Sur la première partie de ton commentaire, Laurent, j'ai zappé. Mon idée d'utiliser la reconnaissance pour donner corps au domaine social n'est pas "totalitaire". Je propose une clé de compréhension des conditions de ce qu'on appelle la gratuité et j'en déduis qu'aujourd'hui, on devrait plutôt parler DES gratuités et que vouloir construire un domaine social sur LA gratuité est voué à l'échec et à l'incompréhension, puisque le non-dit qui est en arrière plan de la gratuité n'est pas unique. Il y a aussi d'autres raisons qui m'ont poussé à plutôt opter pour la reconnaissance, c'est que la gratuité passe par le regard des autres, c'est beaucoup plus adapté à un mode de vie communautaire qu'à un mode de vie très individuel comme le nôtre.

  • Bonjout

    Je réalise combien il est difficile d'échanger sur des sujets comme celui de cet dialogue entre personnes de culture "libérale" et de culture "solidaire". L'ancien nom de ce blog est une tentative de conciliation à laquelle je voudrais répondre.
    D'abord, libéral ou libéralisme est une notion dans laquelle des gens très solidaires (comme moi) s'incluent. Le libéralisme politique est né de la résistance aux diktats de la royauté de droit divin et la démocratie, l'état laïque et l'Etat de droit sont des conquêtes essentielles sur lesquelles il ne faut pas céder. Par contre, le néo-libéralisme, dénomination que le capitalisme s'est donné en fin de XXème siècle est une doctrine que les solidaristes rejettent vigoureusement.
    Gratuité! Tout le mouvement anti-utilitariste a débouché sur l'idée que l'échange gratuit était tout sauf altruiste. L'altruisme absolu n'existe pas et celui qui fait le bien par pur sens moral a la grande récompense de se sentir en phase avec ses idées généreuses. De là à dire que Mère Thérésa et un banquier cupide c'est kif-kif, il y a un abysse. Non seulement les valeurs portées par l'une sont plus belles que celles défendues par l'autre mais sociétalement parlant elles créent du bien-être (weel beeing et même un peu de welfare), du vivre ensemble positif, ce qui est l'essentiel et très loin de ce qu'induit le second.
    La gratuité comprise en ce sens a toujours été majoritaire dans la plupart des temps et des civilisations. Ce n'est que depuis 3 ou 4 siècles que, au départ de l'Angleterre, le règne des échanges marchands réglés par un prix des choses s'est peu à peu étendu. Cela a été de pair avec l'individualisme qui a ses côtés lumineux mais aussi ses côtés sombres.
    Est-ce que des "libéraux" peuvent accepter que l'on a dépassé le juste milieu et que la marchandisation de tout atteint des domaines qu'elle ne devait pas envahir.
    Si c'est le cas, il n'y a pas d'alternative: si les humains veulent être autres chose que des idiots rationnels préoccupés uniquement d'accroître leurs plaisirs matériels et de minimiser leurs déplaisirs physiques, il faudra bien en passer par l'arbitrage de quelques chose de supérieur à l'individu égoïste. Je sais que si j'appelle ce quelque chose du nom d'Etat cela va provoquer un réflexe pavlovien de rejet chez certains mais la collectivité organisée dans le sens de l'intérêt général (ou plutôt du plus grand nombre car certains parasites ne seront pas d'accord) cela peut et doit exister sous diverses formes.
    Voilà donc un début de dialogue que nous pouvons aussi continuer sur le blog de PJ.
    Cordialement

  • Alain,
    De mon point de vue, cette question de la gratuité ne peut être abordée que dans le cadre d'une société homogène. Sinon, la gratuité qui renvoie au bien commun n'a pas de sens, ou plutôt a des sens différents. Je crois que la gratuité repose sur des conventions non dites qui le fonde.

  • Bien d'accord, la gratuité est un mode d'échange qui repose sur des règles, non dites parfis, mais clairement et tacitement acceptées souvent.
    Dans nos sociétés occidentalisées, il n'est guère possible de réintroduire ou de préseerver la gratuité que dans des domaines limités (les 15m³/an d'eau nécessaire pour un vie digne, le coup de main au voisin qui déménage ou repeint sa façade...).
    Défendre la gratuité est aujourd'hui un acte de défense face à la volonté de marchandisation de tout.

  • Oui, je suis d'accord, la gratuité peut révéler les bases tacites du vivre-ensemble et je suis d'accord pour les étendre au maximum. Toutefois, je ne crois pas qu'on puisse compter là-dessus pour structurer les activités sociales, en tout cas pas aujourd'hui. Mais les choses peuvent changer.

Les commentaires sont fermés.